la concordance détend

Depuis quelque temps, je pratique la consensualité sélective. je m’en sers pour pouvoir continuer à avancer dans la vie sans trop me bouffer le moral à cause de mon incompétence en sociabilité. Ça n’a pas été facile pour moi de me l’avouer, mais voilà, c’est un fait, je ne sais pas vivre avec les gens, je ne sais pas comment me comporter parmi mes contemporains. Par exemple, cette incapacité totale à gérer les conflits. C’est, je crois, le plus gros problème de mon existence. Ça me ronge, me dissout, me fait translucider de mon être, j’en mène pas large dans mes chaussettes bon marché, j’ai envie de disparaître pour ne plus avoir cette douleur dans la poitrine, ce cœur serré qui se débat avec ses petits poings pour garder un semblant d’humanité. J’ai beau me dire que ce n’est pas grave, que ce n’est qu’une dispute de rien du tout, mais non, je rumine la scène des jours durant et me voilà malade de l’intérieur. Dans mes tripes, ça tremblote, ça fait des suppliques d’estomac contrit, comme une culpabilité intrinsèque, un besoin d’être pardonné plus fort que tout, étouffé par cette bête qui grandit en moi. Je sens mes paupières qui ramollissent pour me faire une gueule de labrador désolé, je m’aime encore moins.

Lire la suite « la concordance détend »

Publicités

Le départ

Dans les vapeurs carbonisées d’un air saturé,
je marche le cœur en pente vers la gare des oubliés.
Le train, stoïque, envahi par une foule désabusée,
que des sièges usés accueillent dans un soupir effacé.

Sur la surface molle de mon cœur hésitant,
des victoires alanguies se moquent de mes déceptions.
De ces joies folles, si brève dans le temps,
je ne retiens qu’un idéal fantasmé, tout juste une illusion.

Assis dans mon reflet, je me sens à l’étroit.
Les doigts emmêlés comme les nœuds du passé,
je repense à nous deux, à ce possible trois,
à l’évasion rêvée, à ce vœu d’exister

Béton dansant flouté par le vent
sous un ciel cyanosé, veiné de nuages blancs
Sous ce fiel de n’avoir osé, t’offrir en sacrement
le ton chantant enjoué d’un enfant.