L’écrit vain

Depuis quelques temps, j’ai des troubles de la mémoire immédiate. Il m’arrive de ne pas savoir ce que j’ai fait il y a à peine cinq minutes. Ça m’énerve prodigieusement ! Je me sens dépossédé d’une partie de moi, j’ai des fuites de cerveau incolmatables dont je tente, tant bien que mal, d’amoindrir le débit en me faisant des notes un peu partout. C’est à dire que j’ai un peu l’habitude, ça fait plusieurs  années maintenant, que des pans entiers de ma vie ont pris la tangente.

Lire la suite « L’écrit vain »

Le micro-monde

Au terminus du train, des centaines de gens se déversent sur le quai, marchant d’un pas pressé vers leurs destins respectifs. Ils me croisent, me frôlent, me bousculent, me dépassent…  Je découvre ces milliers de visages humains qui fourmillent dans la grande gare, puis je pense aux dizaines de milliers d’autres qui s’activent dans le quartier, les centaines de milliers dans la ville, les millions du pays, les milliards sur terre, et moi qui erre dans cette gare avec un vertige soudain à l’idée de ce chiffre.

Ils doivent me trouver bizarre à les contempler avec insistance, mais je n’y peux rien, j’ai besoin de m’imprégner de leur unicité, de voir les plis de leur visage, la forme de leurs yeux, de leur nez, la consistance de leurs cheveux, leur taille, tout ce qui fait d’eux ce qu’ils sont, c’est à dire, eux ! Ça me fascine, j’ai envie de les dessiner tous pour comprendre pourquoi deux yeux, un nez et une bouche peuvent donner autant de possibilités.

Lire la suite « Le micro-monde »