La carte postale

La mémoire, sélective, fragile, surprenante, cache en son sein de nombreux souvenirs que je croyais disparus.
Les expériences douloureuses, parfois, s’enfouissent dans une amnésie profonde, les cellules de notre cerveau se contentant de dissimuler ingénieusement les maux de la vie.
Mécanisme complexe mais susceptible, il suffit d’un élément déclencheur pour ouvrir la boite de Pandore. Comme le scan de cette carte postale, déterrée des cartons d’un ami qu’il me fit parvenir par e-mail avec cette phrase : “Tiens, j’ai trouvé ça… souvenirs.” La sobriété de son message lui ressemble tant.
En ouvrant la pièce jointe, je reconnus immédiatement mon écriture brouillonne et emportée.
 
Publicités

La téloche

“Rihanna et Chris Brown échangent un baiser devant des millions de téléspectateurs [vidéo]“

Je regarde cette info passer sur twitter et un profond malaise frémit en moi.

Mais, qui ça peut bien intéresser ? Où est l’info ? Ça sert à quoi ? C’est vraiment un article ça ? (Ne répondez pas, je connais les réponses en fait.)

Une grosse fatigue, une rage sous jacente que j’essai tant bien que mal de contenir, refait surface avec force. Ce qui me fait le plus mal, c’est le consentement, la complicité de crime contre nos cervelets.

Lire la suite « La téloche »

Être me va si bien

« Je maudis ce cerveau qui jamais ne me laisse en paix.

L’accès au bonheur verrouillé à triple tour.

Des nœuds dans les sentiments.

L’histoire se répète sans cesse, dans mon introspection latente, chiante, détestable, le sabotage involontaire, à me tirer une balle dans le pied. Je fais preuve d’une imagination fertile quant à la fuite de la réalité. J’évite avec beaucoup de subtilité les raisons de mes déceptions… »

Il arracha la feuille du bloc-notes et en fit une boule qu’il jeta à côté de la poubelle. Il évacua un soupir désabusé en regardant la boule de papier rouler jusque sous son bureau. Il se massa le visage congestionné de doutes, avant de reprendre d’une main tremblante, le stylo bille, semblant faire la connexion avec son cerveau. Les idées imprécises, ses lèvres torturées se pincèrent alors dans une profonde réflexion.

Lire la suite « Être me va si bien »