Les nuits nouvelles 

Quand je te vois la nuit, courbée comme un soleil rompu, offrir un sein suintant, à ce morceau de nous, Quand je vois tes cheveux s’effondrer sans frasque dans l’obscurité de tes cuisses, enrobant notre enfant de ton amour éthéré, je me sens volubile comme un parfum éteint qui attendrait son heure pour aborder la terre. 

Je suis spectateur de vos silhouettes que la lueur des lampadaires vient faire danser sur les murs et les yeux mi-clos je me rendors en rêvant encore de vous. 

Nos nuits nouvelles se respirent à trois. Elles sentent le renouveau, l’espoir et quelques fois la patience. 

J’entends ses petits soupirs d’enfant repu et toi qui lui chuchote les raisons de notre amour. 

Dans ce cocon de tissu, notre petite troupe se coagule en un amas de molécules prêtent à former une nouvelle espèce, nous. 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s