La petite mort

Comme un bruit sourd, un souffle court,

Comme tes yeux fous, le rouge aux joues.

Tout autour s’affolent sans bruit,

Les molécules de ton parfum

Tour à tour s’enrôlent, épris,

les sentiments d’un cœur défunt.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s