Emoi

Dans les tempêtes du cœur, frémissent de frêles cloisons de courage qu’une seule phrase insufflée pourrai anéantir comme un regard parfois vous brise de son mépris.

Les bases encore solides tiennent devant la furie des mots-tornades.

On apprend alors à renforcer ses doutes en prévision du prochain souffle dévastateur, pas de fuite, pas de feinte, juste une fine couche de sentiments qui se renforce dans l’émoi qu’ils suivent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s