Le dernier jour d’un inadapté

J’ai des mandibules d’idées qui agrippent les réalités d’une vie égratignée, ratures de l’âme.

Je me comporte comme le dernier des connards avec ce corps qui n’a rien demandé.

Je couvre ma bonne volonté de vices éhontés, c’est truculent et savoureux de faire souffrir cette chair abhorrée.

J’ai des pustules en guise d’idées ? Mon coeur a beau pomper, le sang restera pourri.

J’ai des veines qui se prennent pour des artères, même à l’intérieur de moi, c’est le capharnaüm, un bordel sans nom. La mutinerie de mes globules, de mes organes, y’a plus d’hiérarchie. C’est la révolution des condamnés, ils ont compris que je les emmenais pernicieusement vers la fossoyeuse. Qu’la mort est une amie vicieuse, la dernière qu’on a. Qui d’autre pour te tenir la main avec compassion après ton dernier souffle ?

 J’ai longuement cherché dans la beauté de la vie, les raisons de l’embrasser, mais j’étais trop gourmand, j’voulais la baiser sauvagement, ça doit être le fruit de ma grande générosité, je préférais qu’elle jouisse de moi plutôt que moi d’elle, la vie. A moins que ce soit de l’égocentrisme ou de la connerie, j’sais plus.

Et, me voilà emporté dans des tourments de bile, à gerber des parts d’ombres sur les trottoirs insalubres d’un destin que j’ n’ai pas compris. J’ai fondu en larme à me griffer le torse, des morceaux de peaux sous les ongles, j’ai compris la matière, les molécules.

Le dernier jour d’un inadapté, même l’aube semble se moquer de moi avec ses peintures de ciel. J’me vengerai une fois là-haut. Je dessinerai des toiles d’aurore dans les matins gelés et je vous regarderai, vous les vivants, déambuler sur des par-terres d’évidences.

J’esquisserai surement un sourire de mépris bavant encore mon aigreur jusqu’au paradis. Les valeurs sûres du con, c’est de ne jamais s’avouer ses propres erreurs. C’est insipide et ça me plait !

Au pire, il ne se passe rien et je reste raide dans ma demeure de bois, à attendre qu’il ne reste qu’un squelette de moi. J’aurai bel et bien disparu, j’aurai réussi à m’effacer pour de bon cette fois-ci.

Des souvenirs d’enfance me sautent à la gueule, je me rappelle mioche, j’étais d’jà en colère. J’l’ai cherché ton regard papa. J’ai voulu que tu me vois, pas comme un ennemi, mais comme une boule d’argile à sculpter. Mais, t’avais trop la tronche posée sur ton nombril c’est con !

J’ai dû trouver d’autres modèles. L’errance m’a paru être un bon guide. L’errance, elle te reproche jamais rien, elle te surprend et jamais ne t’ennuie.

Je l’ai suivi corps et âmes si j’puis dire, vu que mon âme avait décidé d’se barrer quelques temps sur tes territoires moins hostiles.

J’ai rien à ajouter, ma garce, tu me fais souffrir autant que je t’aime.

J’m’en vais copuler au pays des ombres. Serrer des corps brumeux et rêver d’un autre moi.

j’t’en veux pas, tu sais, j’t’en veux pas….

Advertisements

4 réflexions sur “Le dernier jour d’un inadapté

  1. Magnifique….
    Comme inspiré de de « Notre besoin de consolation est insatiable », une réponse décalée, perdue dans les affres de l’art contemporain, engloutie dans le néant de la surproduction des mots à l’heure des Blogs.
    Le courage d’écrire encore dans ce capharnaüm , j’admire!

  2. Tu sais comment remonter un moral déficient toi !
    Une bonne saignée (private joke inside) et il n’y paraîtra plus.
    Allez Cylk t’es pas tout seul

  3. A HavaForEver, merci pour ce texte très beau également, et merci pour le compliment également.

    A Fred, t’inquiète pas, quand tu mets au jour tes parts d’ombre, ben… du coup, elle sont plus de l’ombre.. enfin je me comprends 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s