Les corps liquides

Je les regarde se mouvoir ces corps liquides.

Ils se jouent de leur rigidité squelettique pour mieux épouser l’espace et le temps.

Anatomie caoutchoutée, embrassant le vide avec aisance et volupté.

Des gestes limpides, des jambes fluides, des peaux humides, brillant sous la félicité.

J’aurai juré de leur humanité mais pourtant ils flottent. C’est un non sens de chair et d’os.

Au prisme de la légèreté, des souffles lentement se glacent dans ma rétine apprivoisée.

Ils s’écartent du réel en caressant les anges du plat de la main.

Le sol s’effondre et  l’air n’est plus.

Il ne reste que des lueurs de mouvements.

Des bras que l’on croit ballants s’échangent des ritournelles aux accents d’irréel.

L’épiderme éthéré se condense en un soleil outragé dans l’aube incertain d’un orage déliquescent.

Des gouttes roulent sur mes joues comme la pluie sur l’océan.

Discrètement, sans témoin, dans le silence de leur immense talent.

Leurs gestes se fondent dans un dernier tonnerre et la tempête mourante foudroie encore une fois ma pauvre âme envahie de la magie de leurs corps liquides.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s